Ouaenremib, nouvelles hypothèses égyptologiques

03 décembre 2018

ORIGINE DU PHARAON HOREMHEB

ON  PREND  LA  MANQUE  DE  PREUVES  POUR  UNE  PREUVE  CONTRAIRE

Le  problème, en  parlant  de  l´origine  du  pharaon  Horemheb, c´est  que  souvent  on  confond  l´absence  de  preuves  directes  ou  explicites  de  l´identité  de  la  famille  de  ce  roi  avec  une  preuve  sûre  d´une  origine  plebée. Mais  la  manque  de  données  qui  confirment  n´est  pas  l´existence  de  donées  qui  démentent. La  même  réalité  historique  de  plusieurs  pharaons  à  présent  connus  est  restée  occulte  dans  les  ténèbres  du  temps  jusqu´à  sa  découverte, ce  qui  ne  veut  pas  dire  qu´ils  n´aient  pas  existé  et  régné  avant  celle-ci. L´exemple  le  plus  évident  de  cela  est  Toutankhamon.

   C´est  parfaitement  possible  que  Horemheb  n´ait  pas  fait  partie  de  la  famille  royale  et  qu´il  soit  entré  dans  celle-ci  par  mariage, après  une  longue  carrière  comme  haut  dignataire  au  service  du  pharaon. Et  il  n´est  pas  absolument  impossible  qu´il  ait  été  d´humble  extraction :  le  roi  David  avait  été  berger, et  même  Napoléon  provenait  d´une  famille  de  classe  mayenne-basse;  il  faut  ne  pas  oublier, en  plus, que  des  chefs  du  peuple  asservi  du  "vil  Kouch"  formèrent  la  XXV  dynastie  pharaonique. Mais, au  contraire  que  dans  tous  ces  cas, on  n´a  pas  trouvé  aux  écrits  de  l´epoque  de  Horemheb  aucune  mention  d´une  humble  extraction, ou  pas  même  d´une  origine  non  royale  ou  non  égyptienne. Il  y  a  pour  lui  autant  de  preuve  directe  d´une  extraction  plebée  que  d´une  d´aristocratique  ou  même  pharaonique.

   L´absence  de  preuves  doit  faire  suspendre  le  jugement, non  pas  décider  pour  l´option  contraire. La  manque  de  preuves  est, tout  au  plus, un  indice  négatif, mais  non  pas  une  preuve  contraire.

   Cependant, bien  qu´il  n´y  a  pas  de  preuves  directes  et  évidentes  d´une  origine  noble  ou  royale  de  Horemheb, il  y  a  des  indices  qui  le  suggèrent  et  qui  rendent  très  improbable  une  humble  extraction.

 

 

INDICES  QU´IL  N´ÉTAIT  PAS  UN  PLEBÉE

Bien  que  la  société  pharaonique  n´était  pas  de  castes  ou  états  fermés, il  n´y  avait  qu´une  remote  probabilité  qu´un  homme  d´humble  extraction  pût  arriver  au  sommet  du  pouvoir. Un  esclave  pouvait  devenir  libre, un  ouvrier  pouvait  devenir  chef  d´équipe  ou  maître  de  son  métier, un  prêtre  ouab  pouvait, vers  la  fin  de  sa  vie, devenir  Grand  Prêtre  même  si  son  père  avait  été  le  chef  d´artisans  fournisseurs  de  sandales  du  temple, etc. Mais  une  carrière  professionnelle  en  avance  voulait  du  temps, et, si  quelqu´un  devenait  riche  de  cette  manière, il  n´était  plus  jeune, sauf  dans  le  cas  qu´un  personnage  puissant   l´eut  bientôt  pris  sous  sa  protection.

   On  sait  que  Horemheb  eut  une  carrière  professionelle  très  longue  et  méritoire, mais  cela  n´explique  pas  pourquoi  il  était  si  riche  quand  il  n´etait  qu´un  adolescent, comme  suggèrent  se  premières  statues  de  mariage. Pour  les  hommes  des  classes  humbles, le  mariage  précoce  était  rare, bien  que  les  femmes, riches  ou  pauvres, étaient  épousées  très  jeunes. Un  homme  des  classes  humbles, ouvrier  ou  paysan, devait  pouvoir  gagner  assez  pour  l´entretien  d´une  famille, et  un  des  classes  moyennes  tâchait, d´habitude, d´acquérir  quelque  fortune  et  prestige  propres  avant  le  mariage. Seulement  dans  les  classes  les  plus  hautes, et  surtout  dans  la  famille  royale, était  usuel  le  mariage  précoce  des  hommes.

   D´autre  part, que  Horemheb  ou  sa  famille  aient  pu  se  permettre  les  statues  qu´on  a  trouvées  veut  dire  qu´ils  étaient  de  classe  haute, et  qu´ils  l´étaient  déjà  quand  horemheb  était  très  jeune, presque  un  enfant. C´est  vrai  qu´un  personnage  ayant  acquiert  fortune  pouvait  se  faire  représenter plus  jeune, surtout  aux  statues  destinées  à  sa  tombe, mais  dans  ces  cas  on  était  représenté  comme  adulte  de  vingt  ou  trente  ans, ou  comme  enfant  pour  symboliser  la  renaissance  à  la  vie  éternelle. Ce  qui  était  rare  est  de  paraître  comme  un  jeune  garçon  d´aspect  moins  mûr  que  celui  de  son  épouse, mais  c´est  ainsi  que  paraît  Horemheb  avec  sa  première  femme  (lui, il  a  été  représenté  plus  grand  qu´elle, mais  avec  un  visage  plus  jeune). Et  ce  n´est  pas  que  tel  fut  l´aspect  adulte  de  Horemheb:  ses  statues  comme  scribe  le  montrent  comme  un  homme  accompli, comme  étaient  représentés  d´habitude  ceux  qui  voulaient  se  montrer  jeunes  pour  toujours. La  maturité  est  encore  plus  accentuée  à  ses  statues  comme  pharaon, qui   le  montrent  vraiement  beau  mais  non  pas  très  jeune, et  ce  sont  juste  les  pharaons  qui  semblent  avoir  eu  le  plus  d´interêt  à  apparaître   jeunes  pour  toujours  et  mème  à  se  montrer  comme  enfants  quand  ils  étaient  déjà  vieux. Ce  serait, donc,   bizarre  que  Horemheb  s´avait  fait  repésenter  comme  adolescent  quand  il  était  un  homme  d´âge  virile, et, cependant, il  ne  l´ait  pas  fait  pendant  son  règne, déjà  dans  la  maturité  et  la  vieillesse.

 

 

POSSIBLE  ORIGINE  PRINCIÈRE

Les  statues  de  mariage  du  jeune  Horemheb  présentent  un  autre  trait  interessant:  malgré  que  le  visage  d´elle  est  plutôt  carré, à  la  différence  de  celui  de  Horemheb, bellement  ovale, leurs  yeux, nez  et  bouches  ont  un  certain  air  de  famille. Et  à  ses  statues  comme  pharaon, le  visage  de  Horemheb  devient  de  plus  en  plus  semblable  à  celui  de  sa  première  épouse, déjà  décedée.

L´endogamie  n´était  interdite  pour  aucune  classe  sociale, mais, dans  la  pratique, la  plupart  des  gens  l´évitaient. L´union  des  familles  différentes  était  aussi  l´addition  des  fortunes  et  l´acquisition  d´alliances  convenantes;  c´est  pourquoi                l´exogamie  était  usuelle  mème  chez  les  riches, bien  qu´il  y  eût  quelques  exceptions. Seulement  dans  la  famille  royale  était  la  norme  le  mariage  de  frère  et  soeur, ce  qui  était  génétiquement  compensé  par  une  polygamie  exogame.

Si  Horemheb  et  sa  première  épouse  étaient  frère  et  soeur, c´est  peut-être  un  indice  qu´ils  étaient  des  princes, bien  que  cela  ne  soit  pas  une  preuve  sûre. Et,  si  la  famille  de  l´épouse  de  Horemheb  était  importante, ce  n´est  pas  si  étrange    qu´elle  ne  soit  pas  mentionnée  si  c´était  la  même  famille  de  Horemheb. Et  si  le  pharaon  horemheb  fut  le  fils  ou  le  petit  fils  du  marquis  Neby  (Commandant  des  Troupes  de  la  Route  d´Horus  à  la  forteresse  de  Tjarou, qui  avait  un  fils  nommé  Horemheb), ce  serait  une  famille  avec  une  endogamie  répetée, ce  qui  était  très  rare  sauf  dans  la  famille  royale.

Un  autre  indice  est  que  le  pharaon  Horemheb  dit  que  Thtmose  III  était  le  père  de  ses  pères, c´est-à-dire, son  ancêtre. Cette  affirmation  pouvait  avoir  le  sens  d´être  le  successeur  legitime  de  ce  pharaon  et  ses  descendants, mais  rien              n´empêche  (il  n´y  a  pas  aucune  preuve  sûre  contraire)  que  Horemheb  fût  un  prince  de  sang  descendant  d´une  branche  collaterale  de  la  famille  royale  à  laquelle  il  succéda. Que  Horemheb  ait  étudié  au  kep  (école  conçue  pour  les  fils  du  pharaon, et  plus  tard  ouverte  à  la  noblesse  égyptienne  et  aux  princes  étrangers)  peut  être  un  autre  indice  de  l´origine  de  Horemheb.

 

L´HYPOTHÈSE  DE  NEBY

Neby, prince  de  la  marche  orietale  égyptienne, commandant  des  troupes  de  la  Route  d´Horus  à  Tjarou  (Palestine)  avait  un  fils  nommé  Horemheb, selon  les  inscriptions  d´une  stèle  où  lui  et  ses  enfants  Horemheb  et  Meret-Hor  rendent  hommage  aux  défunts  parents  de  Neby.

Pour  le  moment, rien  ne  confirme  ni  dément  que  le  marquis  Horemheb, qui  devint  pharaon, soit  le  Horemheb  de  la  stèle  du  marquis  Neby. Quelques  auteurs  souscrivent  cette  hypothèse, et  c´est  celle  que  l´argument  du  roman  Ouaenremib  a  suivie.

Neby  fut  au  service  des  pharaons  Thutmose  IV  et  Amenhotep  III, et  il  exerça  sous  leurs  règnes  plusieurs  charges  civiles  et  militaires, dont  un  fut  celui  de  Chef  de  la  Police, charge  exercé   peut-être  à  Kouch, bien  qu´il  y  ait  des  auteurs  qui  en  doutent. On  sait, cependant, qu´il  était  déjà  à  Tjarou  (Palestine)  sous  le  règne  de  Thutmose  IV.

Neby  était  le  fils  d´un  prêtre  d´Amon  nommé  Amenemhêt  et  de  l´épouse  de  celui-ci  nommée  Ta-Tjouia, peut-être  fille  du  Horemheb  de  la  tombe  thébaine  TT78, dont  l´épouse  se  nommait  Ta-Tjouia  ou  Atjouia; d´après  auteurs  comme  Cristina  Pino  (2009)  et  A.  Brack  (1980), Horemheb  TT78  serait  le  grand-père  du  roi  Horemheb, mais  tout  cela  ne  sont  que  des  hypothèses.

L´épouse  de  Neby  était  sa  soeur  Ta-Ouseret, et  ils  eurent  un  fils  nommé  Horemheb  et  une  fille  nommée  Meret-Hor, peut-être  jumeaux, mais  il  n´y  a  pas  de  certitude. Tous  deux  ont  des  noms  consacrés  à  Horus, et  ils  se  voient  ensemble  a  la  stèle  de  Neby. Par  les  proportions, ils  semblent  du  même  âge  et  de  pareiille  importance.

On  ignore  si  le  Horemheb  fils  de  Neby  est  le  pharaon  Horemheb, bien  que  celui-ci, avant  son  couronnement, exerça  les  mêmes  charges  que  Neby  à  Tjarou, ce  qui  est  vu  par  quelques  auteurs  comme  un  indice. Nonobstant, il  faut  remarquer  que  ces  charges  n´étaient  pas  héréditaires, comme  non  plus  l´était, quand  il  commença  à  l´haut  Moyen-Âge, le  marquisat  en  Europe, qui  ne  devint  héréditaire  que  quand  il  ne  fut  qu´un  titre  honorifique, sans  liens  nécessaires  avec    le  gouvernement  militaire  des  frontières, dont  il  était  surgi.

On  a  objecté  que  Neby  est  trop  ancien  pour  avoir  été  le  père  de  Horemheb. Une  autre  possibilité  est  que  Horemheb  fils  de  Neby  soit  le  père  du  pharaon  Horemheb, ou  qu´un  certain  Thutmose, commandant  des  troupes  à  Kharou  (Syrie)  en  temps  d´Amenhotep III, soit  fils  de  Neby  et  père  ou  frère  du  roi  Horemheb, bien  que  Thutmose   peut  ne  pas  appartenir  à  la  famille  et  n´être  que  le  commandant  d´un  château  et  non  pas  de  toute  la  marche.

Si  l´hypothèse  de  Neby  était  réussie, elle  pourrait  expliquer  aussi  pourquoi  le  roi  Horemheb  appelle  à  Tutmose  III  Men-Kheper-Re  le  père  de  ses  pères :  Amenemhêt, père  de  Neby, prêtre  d´Amon, pourrait  être  Amenemhêt, fils  aîné  du  pharaon  Thutmose  III, superviseur  du  bétail  d´Amon, qui  mourut  avant  son  père, lequel  jugea  peut-être  que  les  enfants  d´Amenemhêt  ne  seraient  pas  forts, et  décida  de  donner  le  trône  à  Amenhotep  II, un  autre  fils  de  Thutmose  III  dont  la  force  était  impressionante. Ce  ne  sont  que  des  hypothèses, car  les  deux  Amenemhêt, le  fils  du  pharaon  et  le  père  de  Neby, peuvent  ne  pas  être  le  même  sujet.

 

Posté par Louis-Aldonze à 19:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


THÈMES

 

1. Origine  du  pharaon  Horemheb

2. Carrière  militaire  et  politique  de  Horemheb

3. Akhénaton :  données  sur  sa  doctrine  religieuse  et  sa  politique  qui  prouvent  fausses  les  idées  sur  lui  les  plus  répandues  

4. Relation  entre  Horemheb  et  Akhénaton

5. Les  succésseurs  d´Akhénaton :  théories  et  données, relation  avec  Horemheb

6. Relations  entre  l´Égypte  et  Amourrou :  Toutou  et  Azirou, nouvelles  questions.

7. Couronnement  de  Horemheb

8. Règne  de  Horemheb. est-ce  qu´il  voulut  supprimer  toute  mémoire  d´Akhénaton,  ou  la  préserver  eternellement? Pourquoi?

9. Les  deux  tombeaux  de  Horemheb

10. Origine  des  pharaons  ramessides.

11. Les  ramesssides  et  Akhénaton

(Les  numéros  sont  pour  classer  les  thèmes, dont  la  parution  ne  suivra  nécessairement  cet  ordre)

 

L´inspiration  du  contenu  des  articles  suivants  et  de  celui  qui  sera  apporté  par  les  commentaires  des  lecteurs  pourra  surgir  aussi  des  matériaux  historiographiques  spécialisés  (en  reconnaissant  les  sources)  que  du  roman  Ouaenremib, la  guerre  secrète  de  Horemheb, surtout  pour  son  contenu  égyptologique, mais, à  volonté  des  lecteurs, les  critiques  littéraires  seront  aussi  bienvenues.

Note :  les  sons  représentés  par  "H"  étaient,  en  ancien  égyptien,  fortement  prononcés. C´est  pourquoi  ici  on  ne  trouvera  pas  d´élision  devant  un  nom  comme  "Horemheb".

Posté par Louis-Aldonze à 18:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 décembre 2018

PRÉSENTATION

Pour  commencer, une  cordiale  bienvenue  à  tout  lecteur  interessé  à  l´ancienne  Égypte  ou  seulement  curieux, et  très  spécialement  aux  amoureux  de  la  culture  pharaonique, soient-ils  à  peine  débutants  ou  professeurs  d´égyptologie.

Ici  on  va  parler  de  nouvelles  hypothèses, ou  des  anciennes  qui  n´ont  été  rejetées  que  pour  des  préjugés. On  embrassera  surtout  l´époque  amarnienne  et  post-amarnienne (transition    entre  les  dynasties  XVIII  et  XIX), c´est-à-dire, Akhenaton, ses  succésseurs  immédiats  et  les  premiers  ramessides, remarquant  surtout  le  pharaon  Horemheb, qui  protagonise  le  roman  qui  a  donné  l´idée  d´écrire  ces  pages.

Le  contenu  des  articles  suivants  montrera  les  hypothèses  qui  se  trouvent  dans  le  roman  Ouaenremib, la  guerre  secrète  de  Horemheb, et  d´autres  qui  ont  des  rapports  avec  les  sujets  traités, mais  non  pas  d´une  façon  exclusive, car  on  peut  y  trouver  des  liens  avec  toutes  les  époques  de  l´Égypte  pharaonique  (Prédynastique-Basse  Époque)  et  même  postérieurs. Les  hypothèses  exposées  seront, donc, celles  de  l´auteur  de  Ouaenremib  et  son  opinion  sur  celles  d´autres  écrivains, mais  aussi  celles  des  lecteurs, arrivées  moyennant les  commentaires.

L´objectif, en  plus  de  la  promotion  d´un  roman, c´est  de  stimuler  la  pensée  critique  dans  l´égyptologie, tout  en  lui  insufflant  un  peu  d´air  frais  dès  " l´extérieur ", afin  de  combattre  la  répétition  continuelle, dans  les  livres  d´Histoire,    d´affirmations  basées  sur  des  preuves  si  faibles  ou  plus  encore  que  les  hypothèses  exposées  ici, mais  qu´on  pose  comme  des  faits  prouvés.

Il  faut  avertir  qu´on  ne  parlera  ici  que  de  données  historiques, archéologiques  et  scientifiques, et  aussi  de  philosophie  et  littérature, mais  non  pas  de  prétendus  mystères  qui  nient  que  les  merveilles  de  la  civilisation  pharaonique  soient  vraiement  égyptiennes  et  humaines. On  peut  parler  de  la  magie  des  anciens  Égyptiens, mais  non  pas  d´impostures  modernes  déguisées.

   

Posté par Louis-Aldonze à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,